Search
  • La rédaction

START Conseils - Lever des fonds… mais encore ?

Les articles traitant des levées de fonds sont nombreux et plus ou moins techniques. Nous vous proposons de partager quelques notions utiles… pousser un cran plus loin… et vous mettre à l’aise (life is a (serious) game) !

UNE ENTREPRISE DOIT FINANCER son développement. Ce qu’elle pourra faire en utilisant les flux financiers libres qu’elle génère par son activité (ce qui lui prendra donc du temps), ou en faisant appel à des apporteurs de fonds extérieurs (qu’elle doit donc convaincre et rémunérer). Le jeu du financement du développement.


Ces fonds peuvent être prêtés (plus rarement donnés) à la société qui devra alors les rendre (dette), ou lui être apportés en échange de capital (ayant déjà donné sa contrepartie au financeur elle peut donc les utiliser plus librement sans avoir à les rendre – ce sont donc des fonds propres). Le jeu du choix de la nature des fonds.


Plus la société a de fonds propres (ressource qu’elle n’a pas à rembourser et qui lui sont donc propres), plus elle peut emprunter de dette (puisqu’elle a justement les moyens de la rembourser). Le jeu du ratio fonds propres/endettement et de l’effet de levier.


Toutefois, en créant du capital nouveau (actions) pour ces financeurs, elle dilue la proportion du capital que les anciens actionnaires détenaient (10 sur 100 n’est pas pareil que 10 sur 150), ce qui ne fait pas toujours l’affaire de ces actionnaires historiques qui voient alors leurs droits politiques et financiers se réduire. Le jeu de la dilution.


L’objectif dans une émission de capital est donc de convaincre ces financeurs que la valeur de la société est forte (peu de risque et beaucoup de potentiel), pour que l’argent qu’ils apportent représente une proportion faible de cette valeur, et qu’ils ne détiennent donc qu’une proportion faible du capital (les actionnaires historiques -fondateurs, conservant une part plus forte). Le jeu de la valorisation.


C’est pour ces raisons que les levées de fonds sont des opérations si particulières, tant elles mélangent les intérêts de la société, des actionnaires historiques et des financeurs, dans des dimensions financières, économiques, temporelles, mais aussi psychologiques, mises en exergue puisqu’on « parle d’argent ».

Une levée de fonds, c’est le jeu des jeux ci-dessus.

Et dans l’entrepreneuriat, c’est même le jeu du « je », tant la valeur de l’entreprise (qui est encore personnifiée) dépend de la femme ou de l’homme qui porte la porte.

Rajoutez une couche d’innovation au sujet et vous comprenez pourquoi nous, qui travaillons tous les jours dans ce domaine, en sommes tellement accrocs et passionnés !


Ce (bref) article, une fois le décor posé, veut vous pousser un cran plus loin avec deux éléments de réflexions :


#1 Stratégique : une levée de fonds n’est pas une finalité en soit, projetez-vous !

Les levées de fonds sont des stratégies qui se planifient et s’articulent entre elles et avec votre business plan.

Il est parfois envisagé de lever en une seule fois, et dès l’origine du projet, la totalité du besoin de fonds propres. Cette approche présente plusieurs écueils (le risque plus fort au début de l’aventure réduit la valorisation et provoque une forte dilution, le financement ne sera pas utilisé dès sa mise à disposition, ce qui écrase son rendement, etc…)

Préférez plutôt « découper » vos levées selon votre Business Plan emploi / ressources.

A noter certaines exceptions dans lesquelles le potentiel du début doit être exploité pour lever au maximum dans de bonnes conditions. Limitez votre dilution en « levant » ce qu’il vous faut (un peu plus quand même) pour financer le passage à la prochaine étape de développement de votre société, qui justifiera une valeur plus forte pour une levée plus forte, etc…

La difficulté est alors d’évaluer son cash burn (consommation des fonds levés) pour atteindre sereinement ses objectifs et savoir quand travailler sur la prochaine levée avant d’en avoir besoin. Il est utile d’être épaulé dans cette appréciation pour prendre les bonnes décisions.


Gardez à l’esprit que plus la valeur de votre entreprise est forte plus vous pouvez lever de capital (et donc de dette). Augmentez les montants levés avec la valeur de votre société.

Identifier le bon moment pour lever (réduction du risque par l’avancement du projet et maximisation du potentiel pour convaincre les financiers).

Faites ce que vous dites : on ne confie pas toujours les clefs de la maison au premier jour. Tenez vos objectifs, gagnez la confiance, faites réinvestir vos financeurs historiques, cela rassure les nouveaux entrants.

#2 Vos efforts sont précieux, faites d’une pierre 2 coups !

Les levées de fonds ne sont pas différentes du reste du monde des affaires, vous avez déjà la clef. Une bonne affaire est lorsqu’on gagne (au moins) 2 fois (2 birds 1 stone).

Vos démarches pour lever des fonds doivent mettre en cohérence un temps court et un temps long : le financier que je démarche, pourra-t-il « remettre au pot » lors du prochain tour? Toutes choses égales par ailleurs (des euros) que m’apporte de plus chaque financeur :

  • Family and friends – une confiance malgré le risque et un support ?

  • Business Angels – des conseils, un réseau ?

  • Plateformes de crowdfunding – de la communication à synchroniser avec mes actions marketing en B2C ?

  • Fonds professionnels – des contacts, une professionnalisation de ma relation au monde financier (la finance est une industrie, il est utile d’en comprendre les règles et d’être décomplexé à cet égard).

Se faire accompagner est utile, mais ayez avant tout confiance en vous.

Chaque milieu à son « jargon » pour gagner du temps (un mot renvoi à une notion / mécanisme), mais aussi pour se protéger (« parlons entre initiés » protégeons notre marché et installons un rapport de force). Le monde des levées de fonds n’est pas différent, et il n’y a rien de sorcier.


Vous retrouverez les raisonnements humains que vous maniez dans la vie de tous les jours, c’est pour cela qu’il est tellement passionnant d’être à vos côtés dans ces moments, pour vous alléger de la lourdeur technique, vous conseiller pour vous permettre de vous révéler et de réussir.


Par Bastien BERNARD


A propos de l’auteur :

Bastien BERNARD est Avocat-Associé du cabinet ASKESIS (Sophia-Antipolis / Paris) : https://www.askesis.fr/fr/

Il conseille des entreprises et des fonds d’investissements. Il est également enseignant en langue anglaise et française (MSC Corporate Finance EDHEC, Faculté de droit de Montpellier, Faculté de droit de Nice – DJCE et DCI).

CONTACT

arrow&v

To consult and exercise your rights, please consult our privacy policy

MAGAZINES

Copyright 2020 Riviera Press

COMPAGNONS NOIR.jpg
logo%20Marque%20bleu_edited.jpg
  • Linkedin Riviera Press
  • YouTube Riviera Press